Home Formation à distance 5 conseils pour utiliser le jeu en formation

5 conseils pour utiliser le jeu en formation

par Justine Humblot

Ice-breaking, energizer, serious game : nous connaissons tous ces méthodes qui permettent de ludifier nos formations, ou encore nos réunions et séminaires. Mais le jeu en formation est-il réellement une bonne idée ? C’est LA question qui a été soulevée par Ingrid Sem-Le Tessier, formatrice, facilitatrice et consultante, lors de notre Masterclass ce mercredi 26 avril 2022. Et la réponse est OUI !

Quels avantages la ludopédagogie peut apporter à votre parcours de formation ? Comment mettre en place le jeu dans vos scénarios pédagogiques ? Découvrez des éléments de réponses dans ce Top 5 issu de notre pause ludique.

Le jeu pour former : quels avantages ?

Intégration, acquisition de compétences, management, développement personnel… Quel que soit l’objet de la formation, le jeu apporte de nombreux bénéfices aux apprenants.

  • Motiver

La ludification, voire la gamification, avec ses notions de niveaux, de récompenses, mais aussi de plaisir, aide à motiver et à engager les apprenants.

  • Stimuler la créativité

Le jeu active des mécanismes et des réflexions qui ne sont pas stimulés d’ordinaire. Le cadre du jeu, souvent opposé à l’auto-censure, permet aux participants de laisser libre cours à leur imagination et ainsi de débloquer des situations.

  • Faciliter l’apprentissage

Le plaisir et les émotions éprouvés grâce au jeu (joie, excitation, contrariété…) ancrent l’apprentissage. D’une part, les participants apprennent plus facilement car ils passent un bon moment, d’autre part, ils retiennent mieux en associant le contenu à ce qu’ils ont vécu. Ils apprennent sans même s’en rendre compte.

  • Mettre en situation

Grâce à des scénarios pédagogiques tournés vers le jeu de rôle ou le serious game, les apprenants évoluent dans une situation rappelant la vie réelle et peuvent se former pour améliorer leurs compétences ou leur savoir-être par exemple. Ils peuvent immédiatement percevoir les bénéfices dans leur quotidien.

  • Donner le droit à l’erreur

Dans le jeu, comme dans la vie, on ne peut pas toujours gagner. En formation, les participants peuvent faire des erreurs et apprendre de celles-ci afin de faire mieux dans la vie réelle.

  • Coopérer

Grâce au jeu en formation, les participants apprennent à (mieux) travailler ensemble, à trouver leur place dans l’équipe et à s’impliquer dans l’exercice, quel que soit le rôle qu’ils tiennent.

Comme l’a si bien dit notre animatrice : “Le jeu est un super outil, avec des super pouvoirs” ! Il est aussi un ami de notre cerveau puisqu’il favorise le développement cérébral, l’ancrage mémoriel et permet de développer des compétences transversales. On peut alors parler de “neuroéducation”.

A lire aussi : Serious game : quels avantages pour les entreprises ?

Comment utiliser le jeu en formation ?

La ludopédagogie est accessible à tous. Chacun peut, à son propre niveau, créer des scénarios pédagogiques incluant le jeu. Il est cependant indispensable de veiller à quelques éléments pour pouvoir tirer partie de ses nombreux avantages.

1. Répondre à un objectif pédagogique

La gamification doit être contextualisée. En effet, il n’est pas toujours facile d’introduire le jeu auprès des apprenants. Certains peuvent ne pas comprendre l’intérêt du jeu et d’autres, trouver cela infantilisant. Avant chaque session, le facilitateur peut expliquer l’objectif pédagogique derrière le jeu :

  • Accueillir, apprendre à se connaître, démarrer une formation
    exemples : Dixit, animalier, Memory
  • Dynamiser, mettre en énergie pour remobiliser le groupe après une pause
    exemples : Contrario, bâton d’hélium, Chi-Fou-Mi
  • Faire comprendre, apprendre
    exemples : serious game (Ludomédic, Sauve une vie), Minecraft 4 Scrum, jeux cadres de Thiagi
  • Évaluer, mesurer
    exemples : quiz, Flashcards

2. Commencer par un jeu simple

Lorsque l’on débute dans la ludopédagogie, il est préférable de choisir des jeux simples. Préférez des jeux dont vous connaissez très bien les règles et les outils pour le mettre en place. Les participants doivent se l’approprier rapidement pour pouvoir se concentrer sur l’objet de la formation, et les objectifs pédagogiques, plutôt que de perdre du temps dans la mise en place et la réalisation. Pour cela, vous pouvez commencer par adapter des jeux connus (Trivial Pursuit, Imagine) ou bien des jeux télévisés (Roue de la fortune, Qui veut gagner des millions)

3. S’adapter à son audience

Pour proposer des jeux appropriés et pour que tous les participants puissent s’impliquer dans l’exercice, il est nécessaire de prendre en compte la composition du groupe. Certains critères peuvent générer des divergences :

  • l’âge : si vous adaptez un jeu télévisé, ou utilisez des notions de pop culture par exemple
  • l’expérience : tous les participants ne sont pas issus du même secteur d’activité et n’ont pas vécu les mêmes expériences professionnelles ou managériales
  • la culture : avec des publics internationaux
  • les personnalités
  • la hiérarchie : certains apprenants pourraient ne pas être à l’aise de participer à des jeux avec des responsables ou des directeurs, et inversement

A lire aussi : Collaborative learning : quels avantages pour l’entreprise ?

4. Maîtriser la facilitation

Pour atteindre ses objectifs, le formateur doit encadrer le jeu. Il est le gardien du temps et veille à ce que le jeu n’empiète pas sur le parcours de formation. Il oriente les participants, reformule, questionne et fait en sorte que chacun puisse contribuer à sa façon.

5. Débriefer

Pour mesurer l’effet du jeu, il est important de débriefer. Le facilitateur doit amener les joueurs à comprendre en quoi l’exercice réalisé s’applique dans la vraie vie. Qu’est ce que cela raconte des participants (individuellement ou en équipe) ? Comment les apprenants auraient pu faire mieux pour atteindre l’objectif ? Le groupe peut évaluer l’atteinte de l’objectif et, le cas échéant, apprécier la réussite collective.

La ludopédagogie est une méthode d’apprentissage qui mobilise du temps pour le formateur mais qui, si l’on arrive à motiver le groupe et le mettre en énergie, peut être très productif et satisfaisant pour tous.

Glowbl est une plateforme d’espaces collaboratifs pour le travail hybride. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes ou essayez gratuitement.

Merci pour cette information !

 

Nous avons bien pris en compte votre thématique favorite.
À bientôt, pour de nouvelles lectures.

Vous avez raison !

 

En distanciel comme en présentiel, le manque de présence de la part du formateur a des conséquences sur la satisfaction de l'apprenant.
On vous laisse découvrir notre article sur le sujet.
Bien sûr, la variété des contenus est aussi un facteur de réussite pour vos classes virtuelles ;)

Vous avez raison !

 

La variété des contenus est un facteur de réussite pour vos classes virtuelles.
Mais ne négligez pas pour autant la présence du formateur.
En distanciel comme en présentiel, un manque de présence a des conséquences sur la satisfaction de l'apprenant.
On vous laisse découvrir notre article sur le sujet ;)